lundi 17 septembre 2007

Bilan

Après avoir longtemps hésité sur la forme à donner à ce bilan, il faut se rendre à l'évidence: il ne sera de toutes façons pas facile de conclure deux mois et demi de travail intense et intensif! Après plus de huit mois de préparation (constitution de la nouvelle structure du projet et rédaction des dossiers, recherche des équipières, des financeurs, des partenaires, soutenance du dossier devant les jurys, mise en place de manifestations lucratives -tombola, vente de gâteaux, stand buvette lors de festivals de musique... - et de communication -émissions de radio, communiqués de presse...- autour du projet, nos 70 jours de présence sur le terrain représentaient la concrétisation de tout ce travail préalable.

Alors forcément, vous qui nous avez suivi depuis le début dans notre travail pouvez comprendre que 70 jours, ben ça passe vite... Outre l'acquis professionnel indéniable que nous auront prodigué les 70 interventions réalisées (nous y reviendrons plus tard), ce projet aura représenté, pour chacun des membres de l'équipe, une expérience incroyable sur le plan personnel. La carte de visite qu'il nous a prodiguée nous a ouvert des portes qui seraient évidemment restées closes si nous avions été simples touristes: la prison pour femmes de Quito, les 5 communautés indigènes d'Ambato et de Tabacundo, les 16 établissements scolaires d'El Carmen... et parfois plus que les interventions elles-mêmes, ce sont parfois les à-côtés qui nous auront marquées. Voici quelques anecdotes en vrac:

Imaginez-vous que le projet aurait pu ne jamais se terminer... Il faut dire qu'on a sûrement bénéficié de la protection d'une sacré bonne étoile ce jour-là... Ce jour-là? Oui, ce jour où l'on a croisé la route du chauffeur fou de La Bramadora. Ce n'était pas n'importe quel chauffeur fou (c'est un signe descriptif assez répandu en Equateur!), c'était tout simplement le PLUS fou!! Je vous plante le décor : un samedi à 13h00, après 3 interventions dans les collèges à distance de la Bramadora, village situé à 2 heures de ranchera (ce bus tape-cul qui part à 7h00 pétantes du matin) d'El Carmen. On venait de se poster sur le bord de la route pour attendre le bus quand les élèves du collège nous ont gentiment expliqué que la prochaine ranchera ne passerait pas avant 15h30... Pfiou, ça ne faisait guèrre notre affaire, ça! On décide donc de faire du stop et à peine 2 minutes après une camionnette s'arrête, qui nous emporte dans son caisson à l'arrière. Moi qui n'y crois pas, j'ai béni Dieu que celui-ci ait été pourvu de bords hauts, qui nous ont permis de nous tenir, car à peine montées, le chauffeur nous demande depuis sa fenêtre: "Les gustan las carreras 4x4?" (ca vous dit une petite course de rallye?) et on a mis 30 minutes à faire le trajet qui nous avait pris 2 heures à l'aller...!

video


De bons souvenirs aussi des nuits passées à Tondoliqué à manger chez Andrès et Antonia, qui fait la cuisine au feu de bois à même le sol de la pièce dans une maison sans cheminée...Obligées de se plier en deux pour pouvoir respirer tant la fumée qui remplissait la pièce était épaisse! Ou encore dans la "chambre d'amis" à l'étage de la garderie de la communauté, à tirer les lits à la courte paille: "Tu prends quoi ce soir, la planche à clous (une planche avec un paillasson géant en guise de matelas), la chambre nuptiale ou le matelas avec la couverture du chien?" "Heu, ben, plutôt la pouque du chien! Merci!" et à savoir qui dévisserait l'ampoule, seule source de chauffage de la pièce, pour éteindre la lumière... La dernière fois qu'on y est allées, le monsieur qui avait les clefs de cette pièce étant parti en week-end au Chimborazo (avec ses clefs), il a fallu déglinguer la serrure au coupe boulon pour pouvoir se coucher! Bref, on a bien rigolé.
Sauf peut-être cette fois où un des membres de l'équipe est rentré en France, sans prévenir personne, et sans nous donner de nouvelles avant la semaine suivante, plus de trois semaines avant la fin du projet, pour "incompréhension"... Heureusement que Gwendoline Leroi, Anne-Laure Decobert et Laureline Collet étaient là pour travailler sérieusement, elles!

Du coup, on doit l'avouer, on n'était pas peu fières quand a paru dans la presse régionale de Manabi un article à propos de notre travail. Il vous suffit de cliquer sur les photos pour les agrandir et pouvoir lire!



Plus sérieusement maintenant, faisons ensemble un bilan chiffré du projet, par rapport aux objectifs que nous nous étions fixés, qui étaient les suivants:
*informer 4000 personnes en charlas
*distribuer 30 mallettes pédagogiques
*former 20 personnes relais
*réaliser un DVD pédagogique

* Nous avons vu très exactement 3497 personnes, âgées de 12 à 50 ans, au travers de 70 interventions réparties entre 27 lieux différents. Cet écart avec les prévisions s'explique par plusieurs critères. Tout d'abord, nous avons privilégié le travail qualitatif sur le travail quantitatif et avons parfois refusé de prendre des groupes trop nombreux, qui nous auraient permis d'atteindre facilement le seuil des 4000 personnes, mais au détriment de la qualité du message transmis. Nous sommes également retournées à plusieurs reprises dans certains centres, tels Domingo Savio de Don Bosco, où nous avons travaillé 3 fois, et qui ne regroupaient qu'un petit nombre d'élèves (une trentaine), que nous n'avons par conséquent comptés qu'une seule fois (au lieu de faire 3x30=90). Enfin, plus de trois semaines avant la fin du projet la déplorable défection d'un des membres de l'équipe, qui avait été précédée par de nombreuses périodes de maladie, nous a également sérieusement freinées dans le travail. Ces objectifs avaient été fixés par rapport au travail effectif de quatre personnes, pas de trois.

* Nous avons distribué une mallette pédagogique dans chacun de nos 27 lieux d'intervention. Ces mallettes (les jolis sacs bariolés que vous avez vus sur les photos...) contenaient chacune:
-un jeu de DVD informatifs:
*De donde vienen los ninos
*Atencion al recien nacido
*De nina a mujer y de nino a hombre
*El cuerpo humano: instrumento de amor
-le DVD pédagogique du Collectif Artishow réalisé avec les jeunes
-un jeu de planches anatomiques plastifiées
-un livre "Preguntas y respuestas sobre el Sida"
-un livre "Educacion sexual para adolescentes"
-une bande-dessinée "Las aventuras de Maïmouna" sur le préservatif féminin
-des prospectus sur l'emploi du préservatif masculin, la détection des infections sexuellement transmissibles, le Sida et les relations sexuelles
-des factices de plusieurs sortes de pilule
-un stérilet de démonstration et un utérus factice
-plusieurs exemplaires de préservatifs masculins et féminins pour la démonstration

* Nous avons formé 25 personnes-relais dans diverses régions du pays, qui ont reçu une mallette pédagogique et un certificat de formation attestant de leur niveau de connaissances et de leur aptitude à les transmettre:
-Enma, Lesli et Eduardo à Pisuli (Pichincha)
-Patricio à Conocoto (Pichincha)
-Antonia, Juana et Tomas à Tondoliqué (Tungurahua)
-Janeth, Elizabeth et Juanita à La Magdalena (Pichincha)
-Ketty à El Carmen (Manabi) pour travailler dans les zones rurales
-Les 14 professeurs du collège Lastenia d'El Carmen (Manabi)

* Le DVD a été réalisé grâce au travail d'ateliers théâtre préalablement effectué avec les apprentis du centre de formation Domingo Savio de Don Bosco. Les jeunes qui y ont joué avaient tous reçu la charla dans différentes structures, deux d'entre eux (Lesli et Patricio) sont d'ailleurs des personnes relais. Ce DVD a été dupliqué à 50 exemplaires, adjoint aux mallettes pédagogiques (distribuées dans tous nos lieux d'intervention et remises aux personnes relais) et pourra être dupliqué gratuitement et diffusé librement dans un but pédagogique.

Trois des objectifs sur quatre ont donc été remplis à 100%, le quatrième a été rempli à 87.4% pour les raisons expliquées plus haut. Le bilan est donc plus que positif et de nombreuses propositions de travail à long terme nous ont été faites à son terme. Vous les découvrirez dans l'article intitulé "perspectives d'avenir"...


ET SI BILAN POSITIF, EQUIPE CONTENTE!!

1 commentaire:

admirateur secret a dit…

Ouais les filles!!! Trop bien votre travail! Vous êtes géniales, continuez comme ça! Je vous aime!

Vous touverez dans ce blog les récits des interventions d'éducation sexuelle, de prévention du Sida et des grossesses précoces réalisées en Equateur par prevenSud au cours de la mise en place d'un réseau d'éducation sexuelle.